Claude Cécile : « La représentation des salariés sort affaiblie »

Journaliste au Courrier de Mantes depuis 1999 et élu au comité d’entreprise (CE) de Publihebdos pendant une quinzaine d’année, le syndicaliste livre ses vérités sur le comité social et économique (CSE).

Claude Cécile est élu au CSE de Publihebdos depuis avril.

En place depuis seulement un mois

« Le CSE a été mis en place le 25 avril dernier. On ne sait pas encore comment cela va fonctionner. Ça commence, nous n’avons pas encore d’expérience négative. On pense néanmoins que beaucoup de choses vont se faire par téléphone. »

Des représentants de proximité

« Ils reprennent la fonction des délégués du personnel. Ils sont le relais local du CSE. Sans eux, il n’y aurait pas de lien entre les rédactions et cette instance. Cependant de quelle proximité parle-t-on ? Ma région va des Hauts-de-France à l’Ile-de-France. Le représentant d’un secteur ne verra jamais son collègue habitant à l’autre bout du pays. »

Le CHSCT remplacé par une commission

« La représentation des salariés sort affaiblie. Le comité hygiène sécurité et conditions de travail (CHSCT) est remplacée par une commission avec des missions moindres. Sa disparition est une catastrophe et c’est une question qui reviendra dans les années à venir. »

Moins de moyens accordés

« Si l’on prend l’exemple des représentants de proximité, les réunions mensuelles ne sont plus obligatoires. C’était le cas avec les délégués du personnel (DP). Ils sont moins nombreux et bénéficient de moins d’heures de délégation. Auparavant, les DP avaient dix heures pour effectuer leurs missions, les représentants n’en ont désormais plus que cinq. Autre chose, les élus suppléants ne siègent pas au CSE alors que c’était le cas au comité d’entreprise (CE). »

Propos recueillis par Thomas Cherbonnel et Jean-Baptiste Carton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *